Slide background

Partenaires du 12ème Forum végétable

 

ALIMENTATION ET ATTENTES SOCIÉTALES : LA BIO EST-ELLE LA RÉPONSE ?

Naturalité, authenticité, proximité, sécurité, respect de l’environnement, qualité nutritionnelle : tels sont quelques-uns des « claims » les plus récurrents du consommateur dans les pays développés depuis quelques années. La législation, européenne, française, ne se fait que partiellement le reflet de cette demande et laisse largement libre cours aux acteurs économiques, production, commerce, pour répondre à cette demande puissamment et parfois bruyamment relayée par les ONG.

Acte 1 :
Les attentes de la société et des consommateurs L’agriculture biologique semble tenir la corde et s’est nettement positionnée comme la réponse universelle à tous les maux de notre alimentation et de notre environnement. S’agit-il d’une posture, d’un postulat ou d’une réalité scientifiquement et agronomiquement démontrée ? Pourquoi les ONG sont-elles aussi militantes et prescriptrices de bio ? Comment la nouvelle législation européenne conjuguée à une demande de plus en massive peut-elle faire évoluer les pratiques de l’AB ?

Acte 2 :
Spécialistes et généralistes, les acteurs du commerces prennent la main. Ici aussi les voies divergent, souvent militantes, de toutes façons exclusives pour les enseignes spécialisées comme Biocoop ou La Vie Claire, dynamiques et pragmatiques s’agissant des grandes surfaces alimentaires, capables de développer en parallèle une offre bio et une offre sans pesticides.

Acte 3 :
Jeux d’acteurs, la production prend position. Enfin, si la production française de fruits et légumes s’investit très puissamment sur le bio, elle reste encore incapable de répondre en force à une demande hexagonale en croissance à deux chiffres. Mais en une poignée d’années, des groupes bien structurés ont opéré un virage à 180° pour s’investir sur la bio, alors même que certains de leurs confrères espagnols ou italiens ont déjà bien investi la place. Mais si la bio est un axe majeur, créateur de valeur ajoutée et de confiance consommateur, les opérateurs travaillent aussi à d’autres solutions qui pourraient à la fois répondre aux attentes sociétales et créer de la valeur. Alors, quelle sera à l’avenir la place de la bio dans ce grand jeu de chaises musicales ?